Journée du souvenir trans

20 novembre 2020

Les droits des trans sont des droits de la personne

En cette Journée du souvenir trans, l’AFPC tient à commémorer les personnes trans, bispirituelles et non binaires victimes de transphobie qui ont perdu la vie.

La transphobie revêt diverses formes : agressions physiques, politiques transphobiques, obstacles à l’emploi, manque de soins de santé ou de soutien en santé mentale, discrimination et surveillance policière patente des communautés trans.

Malgré l’adoption du projet de loi C-16 en juin 2017 pour protéger les droits des personnes transgenres ou à diverses identités de genres en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne, on note une volonté soutenue de miner l’identité transgenre et la diversité des genres. Voici quelques exemples : le gouvernement de l’Ontario a décidé de retirer le volet sur l’identité de genre du programme scolaire élémentaire et de ne l’offrir qu’aux élèves de 8e année; Élections Canada a continué d’utiliser les anciens noms des personnes trans et non binaires sur les dernières listes électorales, et bien d’autres.

Il faut maintenir la pression sur Statistique Canada pour qu’il recueille des données qui reflètent les réalités des personnes trans et de diverses identités de genres. Au Conseil national mixte, par ailleurs, l’AFPC a obtenu l’installation de toilettes neutres assorties de panneaux indicateurs appropriés au travail.

Bien qu’il n’existe pas de statistiques nationales au Canada, voici ce que révèlent quelques données alarmantes tirées d’études récentes :

  • Selon le projet Trans PULSE, un sondage communautaire qui étudie les déterminants sociaux de la santé des personnes trans et de diverses identités de genres en Ontario, 20 % des répondants ont été agressés physiquement ou sexuellement en raison de leur identité transgenre et 34 % ont fait l’objet de menaces verbales ou de harcèlement — voir le résumé de Egale (en anglais seulement);
  • Selon la même étude, on constate chez les personnes autochtones transgenres et de diverses identités de genres un taux de violence encore plus élevé : 73 % ont vécu une forme ou une autre de violence fondée sur la transphobie;
  • À l’échelle mondiale, 84 % des personnes trans assassinées en 2017 étaient racialisées (en anglais seulement).

À l’AFPC, nous protégeons les droits des personnes trans et de diverses identités de genres en milieu de travail. Voici quelques ressources que nous avons créées :

  • Des milieux de travail accueillants pour les personnes trans : un guide et une fiche d’information, ainsi qu’un guide sur les toilettes neutres en milieu de travail.
  • Une série de vidéos axées sur la création de milieux de travail accueillants pour les personnes trans, comme « Vers l’inclusion ».

La haine n’a sa place nulle part. Nous continuerons de lutter contre la transphobie en milieu de travail et dans nos collectivités. Notre syndicat se lève en solidarité avec nos membres trans, non binaires et de diverses identités de genres. Les droits des trans sont des droits de la personne!

https://www.glaad.org/tdor  (en anglais seulement)