Comité des chances égales

Le SEI appuie les chances égales pour tous ses membres, sans égard au sexe, à l’orientation sexuelle, à l’âge, à l’incapacité mentale ou physique, à la race, à la couleur, à l’origine ethnique ou nationale, aux convictions religieuses ou politiques, à l’état familial ou matrimonial, ou à une condamnation passée pour laquelle la personne a été graciée.

Le Comité des CÉ est formé de deux dirigeantes et dirigeants nationaux, d’une agente ou d’un agent des relations de travail, d’un membre élu par les présidentes et présidents de section locale et de représentantes et représentants des groupes d’équité suivants : membres raciaux visibles, personnes handicapées, femmes, Autochtones, lesbiennes, gais, bisexuel et transgenderistes (GLBT).

La Loi sur l’équité en matière d’emploi oblige les employeurs à consulter les syndicats, et à collaborer avec eux, relativement aux politiques et aux procédures d’équité en matière d’emploi, et à la mise en œuvre de programmes et de plans d’action. Le SEI est persuadé que la collaboration doit avoir lieu à tous les niveaux. Le SEI possède des lignes directrices pour les Comités mixtes locaux de l’équité / la diversité en matière d’emploi.

La consultation syndicale-patronale sur les questions d’équité est aussi une priorité. Il y a des réunions continues avec la coordonnatrice ou le coordonnateur national de l’équité en matière d’emploi au ministère et le Sous-commissaire des Ressources humaines sur des questions comme les Plans d’équité en matière d’emploi, l’orientation stratégique de l’équité en matière d’emploi, les résultats de l’analyse de l’effectif, la formation de sensibilisation aux questions d’équité, les programmes spéciaux pour l’embauche de membres des groupes désignés et les questions qui constituent des obstacles à la promotion des chances égales.

Notes

Rapports

Procès-verbaux du SEI

Procès-verbaux de l’ARC/SEI