Comité des chances égales

Procès-verbal de la réunion du Comité des chances égales

Le 14 mars 2005

La présidente ouvre la réunion en souhaitant la bienvenue aux nouveaux membres

Revue du mandat du Comité et du rôle des membres du Comité

La présidente expose les principaux buts et objectifs du comité et rappelle à chacune et chacun que son rôle consiste surtout à appuyer et à guider les membres dans le dossier des chances égales. Il importe de respecter le protocole de communication en place au SEI, qui prévoit que les questions se traitent aux niveaux local et régional avant d’être étudiées au niveau national. Les membres du comité ne doivent pas intervenir dans les questions locales. C’est la présidente nationale ou le Congrès qui confie au comité les points à étudier. L’intention est d’amener les membres des groupes d’équité à faire part de leurs préoccupations à leurs représentantes et représentants locaux et d’arriver peut-être à les engager dans le syndicat.
Cela n’empêche pas les membres du comité de répondre aux questions générales concernant les conférences, les questions culturelles, les avantages fiscaux, etc…

Maillage

Le rôle principal des membres du comité est d’avoir et de maintenir un grand réseau pour communiquer avec les membres des groupes d’équité qu’ils représentent. Conformément à la politique du SEI, toutes les communications doivent être dans les deux langues officielles. Le Bureau national peut traduire de courts textes à distribuer. Il est recommandé que chacun tâche d’utiliser son adresse électronique personnelle.

Darlene enverra une invitation aux contributions, demandant aux sections locales de recruter au niveau local des personnes-ressources qui feront partie du réseau des membres des groupes d’équité. Elle tiendra le comité au courant des résultats.

L’AFPC a un réseau en place. Notre représentants autochtone a tenté, sans succès, d’obtenir la liste des personnes-ressources. Linda fera un suivi auprès de la présidente du Comité d’accès à l’égalité de l’AFPC, Robyn Benson.

Conférence nationale des chances égales (SEI)

La Conférence a eu lieu en janvier à l’hôtel Crowne Plaza, à Ottawa. Le comité analyse les formules d’évaluation remplies par les participantes et participants. Les commentaires, très positifs, indiquent que les sujets traités en plénière et en atelier ont été appréciés. Les membres du comité qui ont participé à l’organisation de la conférence recevront des copies des formules d’évaluation.

Les commentaires recueillis sur quelques formules d’évaluation mettaient au cause la nécessité d’avoir un « caucus des hommes ». Il est proposé que, dorénavant, les hommes puissent assister au caucus des groupes d’équité plutôt que d’en avoir un à eux. Un tour de table fait conclure qu’un ou plusieurs groupe d’équité pourraient s’opposer à cette pratique. Il faudra poursuivre la discussion.

La présidente informe le groupe que plusieurs résolutions traitant des Conférences des chances égales seront débattues au Congrès triennal de 2005.

Rapport annuel sur l’équité en matière d’emploi, 2003 2004 (ARC)

Le rapport vient d’être remis au Parlement par l’intermédiaire du Conseil du Trésor. Les membres du comité en reçoivent un exemplaire, et il est aussi accessible dans InfoZone.

Les activités liées à l’équité en emploi concernant l’avancement/le perfectionnement, le recrutement, le maintien en poste, l’apprentissage et la formation pour chacun des groupes désignés sont exposées dans le rapport. Nous demanderons à nos représentantes et représentants régionaux de prendre connaissance du rapport et de confirmer que ces initiatives ont bel et bien eu lieu.

On craint vivement que la réduction de l’effectif annoncée dans le récent budget ait des répercussions sur les membres de groupes d’équité.

Orientation stratégique de l’équité en matière d’emploi (2005 2008)

Au début de janvier et en février, l’employeur a consulté les coordonnatrices et coordonnateurs principaux de l’équité en matière d’emploi et les représentantes et représentants syndicaux pour arrêter l’orientation stratégique en matière d’EE à l’ARC.

Le comité examine les enjeux, les priorités stratégiques, les buts et les initiatives d’appui qui figurent dans le rapport pour chacun des groupes désignés.

Il est très important que ces initiatives fassent partie des plans régionaux d’équité en matière d’emploi. Les initiatives devraient appuyer les buts et les priorités précisés dans le rapport. Les plans régionaux pour 2005 2006 devraient être prêts très bientôt.

Consultation syndicale-patronale

On explique que, une fois l’an, les membres du comité se réunissent avec la directrice de l’Équité en matière d’emploi et certains de ses agents pour discuter de divers enjeux touchant l’équité en matière d’emploi et la diversité. La pratique se poursuivra, de préférence pendant les six premiers mois de l’année.

En outre, à l’automne, il y aura une réunion pansyndicale multilatérale pour faire le point de manière détaillée sur les questions d’équité en matière d’emploi. Le directeur général, Direction de l’emploi, de l’organisation et des opérations, assistera à la réunion multilatérale. Les syndicats (SEI, CEUDA, IPFPC) ont été invités à choisir entre eux six représentantes et représentants syndicaux. Il y a une discussion en cours avec les autres syndicats pour le choix du nombre de représentantes et représentants. Notre position est que, compte tenu des effectifs, la formule devrait être CEUDA (1), SEI (3 4), IPFPC (1 2).

« L’équité en matière d’emploi : Le Syndicat peut il faire plus? »

Cette dissertation préparée par le président de la section locale de Kingston, Dave Berofe, a été renvoyée au comité pour discussion. Elle comprend diverses observations et recommandations.

Au sein du Syndicat

Enjeu : S’agissant de diversité, la représentation syndicale aux Conférences des présidentes et présidents et aux congrès n’est toujours pas en rapport avec la diversité de nos membres. On peut encore déceler des attitudes qui traduisent des préjugés. Il y a encore des commentaires inappropriés.

Recommandation : Des séances de sensibilisation aux différences culturelles aux Conférences des présidentes et présidents. On pourrait pour cela inviter une conférencière ou un conférencier ou demander aux membres des groupes d’équité de partager leurs expériences personnelles.

Les membres du Comité réfléchiront aux deux options et feront rapport à la réunion de mai.

Enjeu : Nous tenons des Conférences des chances égales, mais on déplore le peu de participantes et participants qui y assistent.

Recommandation : Lancer un sondage pour comprendre pourquoi les membres des groupes d’équité n’assistent pas aux conférences.

Nous préparerons un sondage pour les sections locales. Les membres du comité doivent songer à deux questions qui nous aideraient à découvrir les raisons pour lesquelles certaines sections locales n’envoient pas d’observatrices ou observateurs aux Conférences des CE; sont-ils prêts à rembourser au Bureau national les fonds reçus et non utilisés à cette fin; pourquoi n’y a t il pas plus de représentantes et représentants des groupes d’équité.

Avec l’ARC

Enjeux :
• Manque de comités mixtes de l’équité en matière d’emploi/la diversité au niveau local
• Sous-représentation des groupes des minorités visibles dans les petits centres
• Langue comme obstacle au recrutement de membres des minorités visibles

Plusieurs recommandations sont mentionnées.

Le comité traitera de ces questions à la prochaine réunion syndicale-patronale.

Évaluation des compétences en dehors du processus de préqualification des candidats (PPC)

À titre d’initiative liée à l’équité en matière d’emploi, une région propose de donner aux membres de trois groupes désignés – autochtones, personnes handicapées et minorités visibles – la possibilité de faire évaluer certaines de leurs compétences sans avoir à participer officiellement au processus de sélection du PPC. En bref, ils choisiraient les compétences qu’ils voudraient faire évaluer et choisiraient les outils d’évaluation.

Certains membres du comité ont entendu dire que cette initiative est utilisée dans d’autres régions pour certains groupes. Elle est habituellement désignée « dotation de transition ».

Après discussion, le comité est d’accord pour faire évaluer les compétences en dehors du cadre du PPC si les résultats de l’analyse de l’effectif font constater un écart dans la région ou l’endroit particulier. On hésite à donner aux employé e s en cause l’option de choisir les outils d’évaluation. L’un des obstacles les plus graves à l’équité en matière d’emploi est la perception selon laquelle les membres des groupes désignés se voient accorder un traitement « de faveur ». Mal appliquées, les initiatives de ce type pourraient contribuer à cette perception.

L’initiative devrait être transparente et s’intégrer dans le plan d’action régional. Le comité renverra ce document au Comité de la dotation.

Prochaine réunion

Les membres du comité sont informés de la possibilité d’une réunion dans la deuxième quinzaine de mai. Nous tenterons aussi d’organiser une réunion avec l’employeur.