Points de suivi du Président national - Conseil exécutif

juin 2019
  • MEMBRES DU SEI NON ASSIGNÉS

À la suite d’une entente conclue avec les dirigeants de l’ARC sur une façon de procéder nous permettant d'identifier le lieu de travail de nos membres, nous leur avons transférer cette liste. Dès la réception des données à jour, nous pourrons transférer le rapport à la section de l’Administration de l’effectif de l’AFPC afin d’effectuer les mises à jour nécessaires.

Je n’ai malheureusement pas de nouveau développement en ce qui concerne la récupération des sommes d’argent manquantes pour nos sections locales. Je vais continuer de suivre la situation de près avec l’AFPC et vous tiendrai au courant dès que possible.

  • PAIEMENT DE LA PRIME DE BILINGUISME

Depuis maintenant plus d’un an, j’ai effectué des suivis réguliers auprès de l’Agence concernant les problèmes du système Phénix en ce qui a trait au paiement de la prime de bilinguisme pour les membres détenant des postes bilingues.

J'ai reçu récemment des nouvelles encourageantes de la Direction générale des ressources humaines de l'ARC à ce sujet.

Le ministère des Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC) s'apprête à résoudre bon nombre des problèmes systémiques connus concernant le paiement de la prime au bilinguisme.

L'ARC doit encore compléter certains tests pour confirmer que la correction de la fonctionnalité de la prime au bilinguisme fonctionne.

L'employeur enverra une communication nationale à tous les employés de l'ARC une fois que les tests auront été complétés avec SPAC.

De plus, la page "Problèmes connus avec Phénix" sur InfoZone sera également mise à jour avec ces informations.

J'attends de recevoir plus d'informations de la part de l'employeur pour savoir quand les tests seront terminés et quand la communication nationale sera envoyée.

Je vous tiendrai au courant de tout nouveau développement dès que ce sera possible de le faire.

  • COURS DE FORMATION DE BASE EN COMPTABILITÉ

Notre agent d’administration des finances, Liam Merrigan, apporte les dernières modifications nécessaires. Nous sommes confiants que le produit final sera complété d’ici le 30 juin prochain. Nous pourrons par la suite tester le cours dès le mois de septembre lors d’une rencontre régionale / interrégionale avant d’en faire un cours officiellement approuvé du SEI.

  • DESCRIPTIONS DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL DU BUREAU NATIONAL

Nous avons reçu la décision de l’AFPC concernant l’exposé des fonctions du poste d’Agent principal des relations de travail. Ce poste est détenu par le confrère Shane O’Brien. L’AFPC a conclu que la classification du poste devait être revue à la hausse. En conséquence, le poste passe du Niveau 12 au Niveau 13. 

Ceci complète l’exercice de révision des exposés de fonctions pour fin de classification des employés du Bureau national. Pour votre information, tous les autres postes ont conservé leur niveau de classification initial.

  • TÉMOIGNAGES DE MEMBRES SUR LE SITE WEB DU SEI

Lors de notre dernière réunion du Conseil exécutif, on nous a demandé d'évaluer la possibilité de dédier une section de notre site Web qui donnerait la possibilité à nos membres d’y inscrire des témoignages. Nous avons demandé à notre agente des communications, la consœur Susan Duncan, d’explorer cette possibilité. 

Selon ses recherches, les pages de témoignages sont surtout utilisées par les sites Web qui vendent un produit.  Il y a deux catégories principales de témoignages, soit témoignages/évaluations réels et témoignages positifs - pages marketing.

Témoignages/évaluations réels : Ceux-ci permettent à tout utilisateur vérifié (quelqu'un qui a utilisé le produit ou le service), de fournir ses commentaires et évaluations, qu'ils soient négatifs ou positifs.  Ce sont de véritables pages de témoignages et peuvent être trouvées sur la plupart des sites qui vendent des produits. Les visiteurs de ces sites se sentent à l'aise de commander le produit sur la base des commentaires réels des autres utilisateurs.  Les visiteurs peuvent éviter de se procurer un produit à la suite de mauvaises critiques. 

Sur nos pages Facebook, les membres peuvent faire des commentaires à la fois positifs et négatifs.  Nous surveillons les discussions et bien que nous laissions la plupart des commentaires, ceux qui attaquent des individus ou détournent un fil de discussion avec des commentaires très négatifs, sont cachés et parfois les utilisateurs sont bannis. Il est juste de supposer que si nous allons de l'avant avec l'idée, nous encourons le risque d'avoir des problèmes similaires.  Ce n'est pas une vraie page de témoignage si nous éditons le contenu. Il serait difficile de s'assurer que seuls les membres en règle écrivent des commentaires.

Le coût de développement varie entre 1 000 $ et 3 000 $, plus le temps du personnel (10 à 30 heures de développement) pour la mise en œuvre.  La page doit être bilingue, car les témoignages devraient être rédigés dans la langue dans laquelle ils ont été inscrits et non traduits.  La page doit faire l'objet d'un suivi quotidien et doit être configurée de façon que les commentaires ne soient pas affichés avant d'avoir été approuvés.

La deuxième catégorie, témoignages positifs - pages marketing, vérifie tous les commentaires et n'affiche que les témoignages positifs.  Il peut s'agir de témoignages générés par l'utilisateur et/ou sollicités.  Certains sites ne fournissent que quelques témoignages ou études de cas à mettre en évidence sur leurs pages, que ce soit sous forme de texte ou de vidéo, et il s'agit davantage d'un élément marketing. En général, les visiteurs ne font pas confiance aux pages de témoignages marketing.

Par le passé, nous avons affiché certains de nos gains juridiques sur le site Web, et nous pourrions afficher certaines études de cas ou des exemples de la façon dont nous avons aidé les membres. Il s'agirait davantage d'une question de marketing, montrant aux membres comment nous pouvons les aider en montrant comment nous avons aidé les autres.

Le coût de développement serait composé de salaires à chaque fois que de nouveaux témoignages y sont ajoutés, nous estimons une demi-heure (1/2) par intervention. Ce type de témoignage se doit d’être traduit de façon qu'il apparaisse de la même façon sur les pages française et anglaise, nous aurions donc aussi des frais liés à la traduction.

Quelle que soit l’option que nous choisirions, il est de mon avis qu’il serait trop difficile et trop onéreux de gérer une telle charge de travail au quotidien. Entre autres, nous n’avons pas suffisamment de personnel pour accomplir convenablement ce travail.

Pour ces raisons, j’ai décidé que nous n’irions pas de l’avant avec cette suggestion à ce moment-ci.

Respectueusement soumis,

Marc Brière
Président national