Comité national de consultation patronale-syndicale (CNCSP)

Procès-verbal de la réunion du Comité national de consultation syndicale-patronale (CNCSP)

Le 7 décembre 2017

ENTRE L’AGENCE DU REVENU DU CANADA ET
LE SYNDICAT DES EMPLOYÉ(E)S DE L’IMPÔT

MOT D’OUVERTURE

Le commissaire souhaite la bienvenue à tous les participants et indique que la relation syndicale-patronale prend une tangente positive. Il se dit satisfait de l’approche constructive adoptée par tout le monde pour résoudre les problèmes. Il remercie le syndicat pour sa participation et son appui continu envers la Campagne de charité de l’Agence du revenu du Canada. Grâce à ses employés, l’Agence est parvenue à dépasser son objectif.

Il déclare que l’Agence est en voie de devenir une administration de l’impôt et des prestations de calibre mondial. Il félicite tous les employés pour leur travail acharné et leur dévouement à l’égard de l’Agence. Même s’il y aura toujours des choses à changer et à améliorer, l’Agence est sur la bonne voie.

Il souligne l’importance de fournir un service respectueux et de communiquer clairement avec les contribuables, comme l’indique le programme de services de l’Agence. Il est important d’envisager notre travail du point de vue du client et du contribuable et d’offrir le genre de service que l’on s’attendrait à recevoir de la part d’une administration de l’impôt de calibre mondial.

En ce qui concerne le processus annuel d’harmonisation des ressources, le commissaire indique qu’aucune décision n’a été prise, mais que l’année en cours ne sera pas une grosse année de changement. Aucun changement d’envergure ne sera apporté au sein de l’organisation et peu de répercussions sur les employés seront observées.

La réunion du groupe de travail de l’approche syndicale-patronale (ASP) s’est tenue le 24 novembre 2017. Des signes évidents de progrès ont été observés dans le cadre de celle-ci.

Le commissaire mentionne qu’une période de surveillance intense a eu lieu à l’Agence récemment, surtout en ce qui concerne le rapport du vérificateur général sur les centres d’appels. Les employés de l’Agence sont dévoués et professionnels, et font de leur mieux pour tirer profit des outils qui sont à leur disposition. L’Agence a mis en place des plans d’action précis visant l’amélioration de la technologie, de la formation offerte aux employés et du processus d’établissement de rapports destinés aux Canadiens, pour que ces derniers soient informés de façon honnête et transparente. Des améliorations positives toucheront tout le monde dans le cadre de ces plans d’action. En tant qu’organisation d’envergure, il est impératif que l’Agence continue d’améliorer ses communications avec les Canadiens. La ministre du Revenu national a une confiance totale envers l’Agence. L’Agence est résiliente; elle tirera profit des leçons apprises et continuera à aller de l’avant.

La commissaire déléguée insiste sur l’importance d’adopter un discours unifié, particulièrement dans les situations de crise, et est reconnaissante à l’égard de l’aide offerte par le syndicat pour la diffusion des messages appropriés.

En ce qui concerne les changements apportés dans la région du Grand Toronto (RGT), le processus collaboratif a permis de cerner les problèmes et les solutions dans l’environnement actuel. Elle note qu’il s’agit d’un bon exemple de discussions productives et collaboratives.

La première année de la campagne sur le mieux-être a mis l’accent sur la sensibilisation aux problèmes de santé mentale et sur les engagements en matière de leadership. Pour la deuxième année, l’Agence élargira la portée de la campagne en misant sur l’inclusion, la mobilisation des employés et l’apport des ajustements nécessaires.

En ce qui concerne Phénix, beaucoup de travail est effectué à l’Agence et dans l’ensemble du gouvernement. La commissaire déléguée souligne qu’il s’agit d’une situation complexe et qu’il n’existe pas de solution rapide. L’Agence a investi de nombreuses ressources dans ce dossier et a appuyé nos employés. L’Agence est perçue comme un exemple à suivre, et cette perception est un résultat direct des efforts acharnés déployés par ses employés.

Le président national du Syndicat des employé(e)s de l’Impôt (SEI) remercie tout le monde d’être présent à la réunion. Il se dit satisfait que le syndicat et l’employeur aient repris les consultations. Il souligne que ces réunions nationales sont importantes pour les deux parties, comme le sont les réunions informelles organisées à l’échelle locale et régionale. Il insiste sur l’importance de tenir des discussions franches et ouvertes. Il est heureux d’appuyer la Campagne de charité de l’Agence à l’échelle nationale.

Le président national du SEI indique qu’il est satisfait des progrès réalisés dans le cadre du groupe de travail de l’ASP. Il ajoute qu’il existe un important besoin de formation sur l’ASP à tous les niveaux, tant pour les représentants syndicaux que les représentants patronaux.

Il dit avoir apprécié la tenue de consultations approfondies sur la modernisation des services de la RGT. Il est heureux que la direction et le syndicat tâchent d’établir une meilleure relation.

Relation syndicale-patronale

Le président national du SEI mentionne que de nombreuses consultations ont eu lieu à tous les niveaux. Il fait remarquer que tout le monde souhaite le bien-être des employés, et donc de ses membres. Les représentants syndicaux et patronaux ont de nombreux intérêts communs. On l’encourage à faire en sorte que la direction et le syndicat travaillent ensemble dans le cadre de la modernisation des services de la RGT.

Le président national du SEI affirme que le syndicat et la direction doivent instaurer un climat de confiance afin de permettre la tenue de discussions sur ces questions difficiles. Il est important de prendre position et d’essayer de trouver des solutions. Cela étant dit, la relation syndicale-patronale n’a pas fini d’évoluer. Il n’y a pas toujours eu les mêmes niveaux de collaboration ou d’échange à l’échelle régionale. Il mentionne qu’il est encourageant de constater les progrès réalisés dans le cadre de l’ASP et que les deux parties sont en voie de parvenir à un consensus en ce qui a trait à la formation.

Le premier vice-président national du SEI remercie le commissaire pour son soutien envers l’ASP. Il croit fermement en l’ASP. En plus du soutien national obtenu dans le cadre de cette initiative, l’appui offert à l’échelle locale et régionale est très important. Il indique que le syndicat a très hâte que la formation sur l’ASP soit offerte dans toutes les régions.

Le sous-commissaire de la Direction générale des ressources humaines (SC, DGRH) affirme que l’Agence mène d’excellentes consultations depuis longtemps. Il insiste sur le fait que la direction compte sur le syndicat pour souligner ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Cette rétroaction est très utile en vue de l’apport d’améliorations. Il fait remarquer que nous avons du travail à faire pour maintenir la relation syndicale-patronale positive que nous avons établie au fil des ans. Même s’il y aura assurément des moments où la direction ne sera pas en mesure d’effectuer des consultations et des moments où les parties devront accepter d’être en désaccord, cela ne diminue pas l’importance ou les avantages d’avoir des communications et des consultations ouvertes et honnêtes.

Le SC souligne que l’Agence et le SEI ont récemment communiqué ensemble et que des consultations informelles ont été menées à plusieurs niveaux. La réinitialisation de la modernisation des services de la RGT constitue un bon exemple de consultation syndicale-patronale et possiblement une nouvelle manière de mettre en œuvre un processus de consultation. Il note que l’établissement d’un effectif et d’un milieu de travail sains, sécuritaires et productifs profite à tous, et indique que la direction se réjouit à l’idée de continuer à améliorer les relations syndicales-patronales.

Processus de négociation collective

Le 2e vice-président national du SEI indique que le portefeuille de négociation collective offre une opposition professionnelle automatique. Le mandat du syndicat est de tirer les meilleurs avantages sociaux et la meilleure rémunération pour ses membres, alors que le mandat de l’employeur est de gérer les fonds publics. Espérons que les deux parties pourront conclure une entente équitable d’ici la fin du processus.

Il mentionne que le processus de négociation collective a fonctionné de façon efficiente au moment où le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) n’était pas impliqué, et que l’Agence et le SEI ont été en mesure de conclure des ententes avant l’expiration des conventions collectives. La participation du SCT a entraîné d’importants retards dans la dernière ronde de négociations. Pour l’avenir, le syndicat suggère que l’Agence devrait établir des voies appropriées pour accélérer le processus de consultation avec le SCT.

En ce qui concerne la plus récente ronde de négociations, le 2e vice-président national du SEI indique que le syndicat est parvenu à bien mesurer les sentiments des membres. Il mentionne que l’union fait la force et que le syndicat compte tirer profit de ce pouvoir du nombre, au besoin. Le syndicat n’acceptera aucun accord injuste et déraisonnable. Il y a de nouveaux joueurs des deux côtés et nous espérons que cela donnera un nouveau souffle aux négociations. Il indique également que le syndicat va continuer à demander que soit effectué plus rapidement le transfert obligatoire des employés nommés pour une période déterminée.

Le SC, DGRH remercie le syndicat pour les importants renseignements généraux qu’il a fournis. Il affirme que les deux parties doivent se concentrer sur l’avenir et sur la prochaine ronde de négociations. Les deux parties veulent la même chose, c’est-à-dire que la paix règne au sein de l’effectif et que les employés bénéficient de la meilleure entente possible. Il fait toutefois remarquer que l’Agence exerce ses activités en s’en tenant à certaines limites et que cette manière de faire doit être respectée. Des modifications ont été apportées aux pouvoirs législatifs de l’Agence en 2012, et l’organisation doit désormais obtenir des mandats de négociation auprès du SCT. L’Agence doit respecter les paramètres de la Loi sur l’Agence du revenu du Canada.

Le SC, DGRH indique que les parties se sont réunies en mai 2017 pour discuter de la clause de réouverture de la convention collective actuelle. Malheureusement, les parties ont été incapables de parvenir à une entente et la question a été renvoyée à une tierce partie. Les parties traversent actuellement le processus de conciliation exécutoire. Le début de la prochaine ronde de négociations dépendra du processus de conciliation exécutoire et des échéanciers connexes.

Le commissaire souligne qu’il est important de reconnaître les erreurs du passé et de ne pas les reproduire. Cela étant dit, tout le monde doit se concentrer sur l’avenir. Il fait remarquer que les deux parties doivent adopter des positions raisonnables pour que des solutions puissent être trouvées. La participation du Conseil du Trésor fait partie intégrante du processus, mais n’a pas à être un obstacle à l’accomplissement du travail. Maintenant que tout le monde connaît et reconnaît cette étape du processus, les deux parties doivent trouver des manières de parvenir à des solutions rapides.

Retards dans le traitement des dossiers des contribuables

Le vice-président régional du SEI de la région des Prairies indique que les retards liés au traitement des dossiers des contribuables posent problème dans l’ensemble du pays. Il fait remarquer que de nombreux facteurs ont donné lieu à la multiplication des retards. Plus précisément, une hausse générale du nombre de redressements demandés par les contribuables a été observée, ce qui, combiné au renouvellement des services, a entraîné de plus grands retards liés au traitement. Il souligne que les retards et la surcharge de travail ont contribué à la manifestation de nombreux facteurs de stress pour les centres d’appels et les employés des centres de traitement. Le syndicat est heureux d’apprendre que l’Agence a créé un groupe de travail des services pour examiner les opérations de traitement et procéder à la simplification du travail. Le syndicat a hâte de prendre part à cette entreprise.

Le vice-président régional du SEI de la région du Québec souligne que les employés de l’Agence sont très professionnels et dévoués à leur travail. Les changements surviennent rapidement au sein de l’organisation. Il évoque l’importance de la santé et du mieux-être en milieu de travail.

Le vice-président régional du SEI de la RGT insiste sur l’importance de l’équilibre travail-vie personnelle. Il souligne que les employés de première ligne, tout particulièrement, doivent composer avec plusieurs facteurs de stress dans le milieu de travail.

La sous-commissaire adjointe de la Direction générale des services de cotisation, de prestation et de service (SCA, DGCPS) fait remarquer que l’Agence a subi des transformations majeures et que des difficultés ont été éprouvées par le passé en lien avec l’apport de changements importants. On accuse actuellement un arriéré pour la charge de travail des redressements T1; des répercussions évidentes sont observées sur les agents quand les charges de travail prennent du retard. La SCA, DGCPS indique toutefois que des plans d’action sont en place pour que les délais de traitement reviennent à la normale. Elle mentionne que la direction est heureuse que le syndicat prenne part au groupe de travail des services.

Le commissaire mentionne que l’amélioration des services offerts aux Canadiens est extrêmement importante pour l’Agence et pour la ministre. L’Agence doit cibler clairement les sources d’irritation afin qu’elles puissent être abordées de façon appropriée. En éliminant certains problèmes du système, l’Agence sera mieux placée pour dépasser les normes de service traditionnelles.

Le président national du SEI déclare qu’il est heureux de savoir que des plans d’action et un groupe de travail des services ont été mis en place. Le syndicat s’engage à favoriser l’établissement de bonnes relations de travail avec la direction. Il insiste sur l’importance de tenir le syndicat informé.

Mesure de suivi :

  • La SCA, DGCPS s’engage à susciter la participation du syndicat dans le cadre du groupe de travail des services. Le syndicat est enthousiaste à l’idée de participer à ce groupe de travail.

Résolution des problèmes liés aux centres d’appels

Le vice-président régional de la région des Montagnes rocheuses affirme que le syndicat a été inondé de questions formulées par ses membres en ce qui a trait à la transformation des centres d’appels. Le syndicat estime qu’il n’avait pas assez de renseignements pour répondre aux questions de ses membres. Il insiste sur la nécessité d’informer les appelants qu’aucune violence verbale ne sera tolérée à l’endroit des employés.

La SCA, DGCPS souligne que l’Agence a pris certaines mesures pour appuyer les agents de première ligne. Le 16 novembre 2017, une réponse vocale interactive (RVI) a été ajoutée pour informer les contribuables des délais de traitement prévus, et pour préciser que les agents ne seront pas en mesure de traiter les redressements plus rapidement. La direction a reçu des commentaires positifs de la part des employés au sujet de cette nouvelle RVI.

Les agents des centres d’appels ont aussi reçu de nouveaux scénarios des réponses suggérées pour faciliter la gestion des interactions difficiles et des procédures à appliquer pour désamorcer ce genre de situations. La nouvelle formation destinée aux agents des centres d’appels comprend également une discussion avec un formateur au sujet des appels de contribuables en situation de crise. Les agents des bureaux responsables des demandes de renseignements sur les prestations et les déclarations T1 ont accès à des guides internes qui fournissent des procédures détaillées à suivre en cas de violence, de menaces ou d’agression à l’endroit des employés.

La SCA, DGCPS mentionne que les centres d’appels sont la voix et les oreilles de l’Agence. La rétroaction des employés revêt une valeur importante et l’Agence s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour appuyer les agents des centres d’appels. Lorsqu’elle sera mise en œuvre, la nouvelle technologie de solution d’hébergement des centres de contact (SHCC) appuiera les agents dans l’exécution de leurs tâches quotidiennes et fera en sorte qu’un meilleur service à la clientèle soit offert aux contribuables.

Le commissaire insiste sur la nécessité que tous les agents des centres d’appels reçoivent une formation suffisante en lien avec cette nouvelle technologie. La technologie de SHCC et la formation supplémentaire permettront aux appelants de joindre les bonnes personnes et favoriseront l’exactitude des appels.

Le président national du SEI déclare qu’en plus des services offerts par les centres d’appels, le gouvernement devrait envisager la réouverture des comptoirs de service puisque ceux-ci fournissent un service essentiel à certains segments de la population. Le commissaire répond qu’il n’existe aucun plan visant la réintroduction des comptoirs de service puisqu’il s’agit d’un service sous-utilisé. L’Agence doit optimiser les services et affecter les ressources adéquatement afin de continuer à servir les Canadiens de façon efficace.

Phénix

Le vice-président régional de la région du Québec mentionne que l’Agence est chanceuse d’avoir à sa disposition des employés expérimentés qui peuvent l’aider à résoudre les problèmes liés à Phénix. Il donne des exemples d’éléments problématiques dans Phénix, y compris les congés non payés, les congés de maternité, les paiements en trop et les paiements insuffisants. Le manque d’explications fournies sur les billets est une autre source de frustration pour les employés. Il demande que les bons renseignements soient communiqués en temps opportun.

Le vice-président régional de la région de Montréal indique ce qui peut être fait pour accélérer les paiements lorsqu’un employé n’est pas payé correctement ou à temps.

Le SC, DGRH indique qu’il est important de savoir faire la distinction entre ce qui peut être contrôlé et ce qui ne peut pas l’être. L’Agence s’engage à améliorer la situation pour les employés touchés, ainsi qu’à contribuer à la résolution des problèmes associés à Phénix pour l’ensemble du gouvernement. Bien que les difficultés liées au système Phénix doivent être soulevées, il est aussi important de reconnaître les progrès réalisés. Depuis la dernière mise à jour, 70 avances de salaire ont été versées par période de paye au cours du dernier trimestre, par rapport à 205 avances en mai 2017.

En date du 29 novembre 2017, 14,6 % des employés de l’Agence avaient un cas ouvert depuis plus de 30 jours, comparativement à 68 % dans le reste de la fonction publique.

L’Agence a également connu une augmentation importante de son volume d’appels puisque les employés ont communiqué avec le Centre de services à la clientèle pour la rémunération pour se renseigner au sujet de leurs éléments de travail en suspens. Par exemple, avant la mise en œuvre de Phénix, le Service national de renseignements recevait en moyenne de 4 400 appels par mois. Après la mise en œuvre de Phénix, ce nombre est passé à 9 200.

La responsabilité de versement excédentaire de l’Agence a augmenté pour atteindre 10,45 millions de dollars, comparativement à une moyenne de 1,2 million de dollars avant la mise en œuvre de Phénix. La majorité des paiements en trop découlent de situations de congés non payés. L’Agence explore avec Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) les solutions permettant de mieux gérer les paiements en trop et de réduire son passif financier et les répercussions sur ses employés.

Les activités d’examen a posteriori se poursuivent à 100 %, mais certaines améliorations apportées à Phénix et aux processus du Centre de service de la rémunération ont donné lieu à des occasions de réduire le recours à un examen complet pour certains éléments de travail.

La Division de la rémunération, avec l’aide de la Direction générale des affaires publiques, a créé dans InfoZone une plateforme Phénix qui donne accès à un guichet unique fournissant des renseignements à tous les employés et gestionnaires. Le SCT et SPAC ont mis en place une stabilisation de la gouvernance des RH à la Paye dans le cadre de divers comités de surveillance. L’Agence est représentée au sein de tous les comités et y participe de façon active.

Le commissaire mentionne qu’il s’engage à assurer une communication efficace avec les employés. Il est impossible de contrôler tous les problèmes liés à Phénix, mais l’Agence s’engage à communiquer les renseignements qui sont disponibles. Il demande au syndicat de contribuer à la diffusion des renseignements et des ressources disponibles afin que les problèmes soient réglés. Il fait valoir que des efforts considérables sont déployés en vue de résoudre les problèmes liés à Phénix.

Le SC, DGRH ajoute que la formation obligatoire sur Phénix commencera en janvier pour les employés et les gestionnaires. Le syndicat recevra une autre séance d’information technique sur Phénix.

Le président national du SEI s’engage à appuyer la demande du commissaire qui vise à orienter les employés vers le bon endroit. Il ajoute que le syndicat encourage toujours l’ensemble de ses membres à signaler les problèmes observés au niveau approprié, au moyen des processus établis.

Mesures de suivi :

  • L’Agence s’engage à améliorer la situation pour les employés touchés, ainsi qu’à contribuer à la résolution des problèmes associés à Phénix pour l’ensemble du gouvernement.
  • L’Agence s’engage à communiquer efficacement avec les employés.
  • Le SC, DGRH s’engage à présenter une séance d’information technique au syndicat.
  • Le syndicat s’engage à appuyer la demande du commissaire afin d’orienter les employés vers le bon endroit.

Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux et Sondage annuel auprès des fonctionnaires fédéraux

Le champion du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux (SAFF) indique qu’il apprécie le soutien du syndicat pour accroître la sensibilisation et encourager la participation aux sondages. Il remercie le SEI pour sa contribution au message syndical-patronal conjoint qui encourage la participation au SAFF, ainsi que pour sa contribution au Comité directeur national (CDN).

Le SAFF, qui existe depuis longtemps, a lieu tous les trois ans et a été mené en 2011, 2014 et 2017. Or, le gouvernement souhaite maintenant qu’il soit mené tous les ans. Cette année, le premier SAFF annuel a donc eu lieu la même année que le sondage triennal. Certains employés ont trouvé cette situation difficile, et on a constaté un manque d’enthousiasme.

Le taux de participation des employés de l’Agence au SAFF de 2017 s’est élevé à 66,9 %. Ce taux de participation est très élevé pour un grand ministère, et il dépasse de presque 8 à 10 % celui d’autres ministères. Le taux de participation au sondage annuel s’est pour sa part établi à 56,3 %.

Nous avons reçu les résultats du Sondage annuel auprès des fonctionnaires fédéraux (SAAFF); toutefois, les données n’ont pas été réparties par direction générale et par région. Le SAAFF de 2017 était axé sur la santé en milieu de travail. Le CDN du SAFF a remarqué que les employés se sentent épuisés sur le plan émotionnel. Il mentionne que le SEI soulève depuis longtemps des préoccupations au sujet de la discrimination et du harcèlement en milieu de travail. Le CDN tente de déterminer s’il existe une corrélation entre la discrimination et le harcèlement et le fait que les employés se sentent stressés et épuisés.

Le champion du SAFF reconnaît l’incidence négative d’un milieu de travail malsain, puis cite des exemples de mesures qui ont été prises à la suite de sondages précédents, notamment la mise sur pied du Centre d’expertise de la discrimination et du harcèlement et les messages sur « l’importance de la civilité ».

Compte tenu des renseignements disponibles, des pressions sont exercées pour que certains plans d’action soient mis en œuvre à l’égard de la prévention, de la diversité et de l’inclusion. Toutefois, il importe d’attendre d’avoir en main les résultats du SAFF de 2017, qui ne seront disponibles qu’au printemps 2018. Le CDN tirera parti des résultats plus détaillés du SAFF de 2017.

Le premier vice-président national du SEI indique qu’il est préoccupé par le fait que certains points du SAFF utilisés par le CDN pourraient se rapporter à des questions relevant du Comité national d’orientation en matière de santé et de sécurité (CNOSS). Il demande que ces points examinés par le CDN soient envoyés dans la bonne direction, par exemple au CNOSS. Le SC de la DGRH répond que sa direction générale prend part au SAFF afin de veiller à ce que les points relevant d’un autre secteur des ressources humaines soient traités en conséquence.

Administration de l’impôt et des prestations de calibre mondial

Le Sous-commissaire de la Direction générale de la stratégie et de l’intégration (DGSI) présente un aperçu de l’initiative de l’administration de l’impôt et des prestations de calibre mondial. Il affirme qu’un système d’administration de l’impôt et des prestations de calibre mondial est possible grâce à des employés de calibre mondial, et que l’engagement des employés est essentiel au succès de l’initiative. En juin 2017, les employés ont été invités à faire part de leur point de vue dans le cadre d’un exercice de mobilisation en ligne. Ce dernier a révélé que 71 % des employés ont donné une réponse positive lorsqu’on leur a demandé si l’Agence était une organisation de calibre mondial. Les employés ont dit penser aux termes « équité », « service » et « intégrité » lorsqu’ils imaginent une administration de l’impôt et des prestations de calibre mondial, et les termes « intégrité » et « sécurité » ce sont les mieux classés. Les secteurs liés aux « personnes » et à l’« innovation » ont été ciblés comme secteurs où il y a place à l’amélioration.

L’Agence se sert de l’outil diagnostique d’évaluation de l’administration fiscale mis au point par le Fonds monétaire international pour procéder à une évaluation de son personnel. Cet outil a été conçu pour aider les organisations fiscales à l’échelle internationale à évaluer le rendement et la santé de leurs administrations respectives. Des outils diagnostiques complémentaires sont en cours d’élaboration pour les secteurs liés aux « personnes » et à l’« innovation », ce qui permettra de respecter les priorités stratégiques de l’Agence, tout en donnant suite comme il se doit aux commentaires reçus. Les syndicats seront consultés et invités à participer à une réunion de suivi afin de discuter de la question. Les résultats de l’évaluation seront présentés au cours de la réunion du CNCSP prévue au printemps 2018.

Le président national du SEI remercie la direction pour cette mise à jour détaillée. Le syndicat est heureux d’avoir été consulté au sujet de cette initiative et se réjouit à l’idée d’assister à la réunion.

Mesures de suivi :

  • Le SC de la DGSI consultera le syndicat au sujet de l’outil.
  • Une mise à jour sera présentée au syndicat.

Mot de la fin

Le commissaire reconnaît les retombées positives de la réunion et affirme qu’il s’agit d’une bonne occasion pour soulever des questions et discuter franchement. L’Agence a récemment été reconnue parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada et comme meilleur employeur pour les personnes de plus de 40 ans. Les réunions sont axées sur les secteurs problématiques et visent à régler les enjeux; toutefois, il est important de ne pas oublier les grandes réalisations. Le commissaire remercie Cheryl Bartell de sa contribution à l’Agence et la félicite pour sa retraite imminente.

Le président national du SEI remercie tous les participants de leur présence et félicite Cheryl Bartell pour sa retraite imminente. Tout comme le commissaire, il convient qu’une bonne atmosphère a régné pendant les réunions et se dit satisfait des discussions ouvertes et franches qui ont eu lieu. Ces échanges sont importants pour entretenir et améliorer les relations syndicales-patronales. Le syndicat espère que ces relations à l’échelle nationale se répercuteront sur les relations à l’échelle régionale et locale. Les délégués syndicaux locaux sont nos yeux et nos oreilles et nous fournissent une rétroaction régulière. Les deux parties, à tous les échelons, devraient continuer de discuter des enjeux en faisant preuve d’ouverture et de respect.

Le syndicat demande à la direction de stabiliser l’effectif en offrant des postes permanents au plus grand nombre d’employés nommés pour une période déterminée possible. Il s’agira d’un signal puissant et positif envoyé aux employés. Il ajoute que bien que le personnel des ressources humaines doive être consulté au sujet de toutes les questions liées à la dotation, les sous-commissaires régionaux devraient disposer des pouvoirs nécessaires pour prendre des décisions en matière de gestion. La dotation de postes permanents est une question importante, et le syndicat aimerait obtenir le soutien et la collaboration de la direction à cet égard.

Le vice-président régional de la région des Prairies félicite Cheryl Bartell pour sa retraite imminente. Il lui exprime sa gratitude pour sa collaboration et est reconnaissant de son approche respectueuse et attentionnée.

Bob Hamilton
Commissaire
Agence du revenu du Canada

Marc Brière
Président national
Syndicat des employé(e)s de l’Impôt

Date :

Date :