Le Syndicat des employé-e-s de l'Impôt agit pour combattre la discrimination basée sur l'âge et le genre

15 septembre 2022

Consœurs, confrères et ami(e)s,

Le 15 août 2022, Lisa LaFlamme a annoncé dans une vidéo sur Twitter et dans un communiqué de presse ultérieur qu'elle était renvoyée de son poste de présentatrice du CTV National News.  Dans la vidéo, elle s'est dite "choquée et attristée" par cette décision.  "À 58 ans, je pensais encore avoir beaucoup plus de temps pour raconter plus d'histoires qui ont un impact sur notre vie quotidienne". "Bien que ce soit bouleversant de quitter CTV National News d'une telle façon qui m'est imposée, sachez que faire des reportages pour vous a vraiment été le plus grand honneur de ma vie, et je vous remercie d'avoir toujours été là", a-t-elle déclaré. 

Lisa LaFlamme a commencé à animer le bulletin de nouvelles nationales de CTV en 2011.  Elle a travaillé pour CTV News pendant 35 ans, réalisant entre autres des reportages dans des zones de conflit et sur les lieux de catastrophes naturelles.

Mme LaFlamme a reçu cinq nominations aux prix Gemini dans la catégorie du meilleur présentateur de nouvelles, plusieurs prix de l'Association canadienne des directeurs de l'information radio-télévision (ACDIRT) et un prix Galaxi de l'Association canadienne de télévision par câble.  Elle a remporté cinq fois le titre de "Meilleur présentateur de nouvelles nationales" aux prix Écrans canadiens. En 2016, elle a été nommée membre de l'Ordre de l'Ontario et elle a également été nommée officier de l'Ordre du Canada en 2019.

Le professionnalisme et l'éthique de travail de Lisa LaFlamme sont largement reconnus. Elle est une personnalité éminente qui sert de modèle à de nombreuses femmes dans tout le pays.  

Plusieurs médias ont rapporté que Michael Melling, un cadre supérieur de Bell Media/CTV News, avait "demandé qui avait approuvé la décision de 'laisser les cheveux de Lisa devenir gris'". Melling et LaFlamme se sont également opposés sur des questions journalistiques, selon le Globe and Mail.

Dans un communiqué, Bell Media, la société mère de CTV, a déclaré que le retrait de Lisa LaFlamme de son poste de présentatrice était une réponse à "l'évolution des habitudes des téléspectateurs" et une "décision d'affaires". Depuis lors, Bell Media a fait plusieurs déclarations, qui semblent toutes être une tentative de limiter les dégâts après la réaction des téléspectateurs à l'annulation du contrat de Lisa LaFlamme.

Mirko Bibic, président et chef de la direction de BCE et de Bell Canada, la société mère de Bell Media, a publiquement soutenu cette décision en niant qu'elle avait quoi que ce soit à voir avec son âge, son genre ou ses cheveux gris.

Depuis plusieurs années, le Syndicat des employé-e-s de l'Impôt (SEI) a un contrat avec Bell pour fournir des services de téléphonie cellulaire à nos dirigeants nationaux et à certains de nos employés.  

Je crois fermement que notre syndicat, en tant qu'organisation progressiste qui se bat chaque jour pour que les droits des membres des groupes d'équité, y compris les femmes, soient respectés, devait non seulement exprimer ses critiques sur la raison et la manière dont le contrat de Lisa LaFlamme a été annulé, mais que nous devions agir de manière à démontrer clairement et concrètement notre engagement envers nos principes.

En conséquence, en tant que président national du SEI, j'ai pris une " décision d'affaires ".

Après avoir mûrement réfléchi, j'ai décidé de mettre fin à notre contrat avec Bell concernant les téléphones cellulaires et de transférer notre clientèle vers un autre fournisseur de services. Je peux vous assurer que je n'ai pas pris cette décision à la légère. Ce processus sera finalisé dès que possible.

Je suis convaincu que vous comprendrez et soutiendrez cette décision afin d'envoyer un message fort selon lequel le Syndicat des employé-e-s de l'Impôt et ses membres ne toléreront pas de pratiques discriminatoires odieuses à quelque niveau que ce soit.

En toute solidarité, 

signature de Marc Brière

Marc Brière
Président national
Syndicat des employé-e-s de l’Impôt