Bulletin d'information sur le Congrès - numéro 7

7 juin 2021

LE PRÉSIDENT OU LA PRÉSIDENTE DU CONGRÈS

La personne qui préside un groupe de gens réunis dans le but de discuter dans l'ordre de certaines questions porte le titre de président ou de présidente d'assemblée.  L'alinéa (5) de l'article 1 du Statut 10 prévoit que le président national ou la présidente nationale préside toutes les réunions et congrès.

Le président ou la présidente du congrès doit:  faire régner l'ordre et faire observer le décorum, s'assurer que les recommandations des comités sont proposées et appuyées en bonne et due forme, se prononcer sur les questions de règlement et de procédure, en se fondant sur le code de règles de procédure adopté en séance plénière, mettre les motions aux voix et annoncer les résultats du vote.

Le président ou la présidente ne prend pas part aux délibérations et ne se prononce pas sur les motions, sauf s'il y a égalité des voix exprimées.

La restriction "privant de voix délibérative" le président ou la présidente du congrès s'impose afin de sauvegarder l'impartialité.  Cependant, il arrive que des règles de procédure autorisent une exception à cette règle et lui permettent de quitter temporairement le fauteuil présidentiel afin de discuter d'une motion devant le congrès. Le président ou la présidente ne peut reprendre son fauteuil qu'après que l'assemblée ait voté sur la motion en débat.

Il va de soi que le président ou la présidente du congrès peut céder temporairement son fauteuil pour d'autres raisons, notamment pour s'occuper de questions urgentes relatives au congrès et qui appellent son attention.  Pour toute période d'absence, une autre personne doit être désignée pour assumer la responsabilité de la présidence.  Cette délégation est faite en vertu des Statuts du SEI.

Le président ou la présidente du congrès doit suivre fidèlement l'ordre du jour adopté et aborder les questions dans leur ordre d'inscription.  La présidente ou le président doit veiller à ce que le congrès atteigne ses objectifs, c'est-à-dire que le débat soit axé sur la question à l'étude.  Il ou elle doit rendre toute décision avec impartialité et s'abstenir d'exprimer, de quelque façon que ce soit, ses opinions personnelles concernant toute question dont est saisi le congrès. Un président ou une présidente qui manque à son devoir d'impartialité peut être rappelé à l'ordre par les membres de l'assemblée.

Il faut accorder au président ou à la présidente du congrès tout le respect et tous les honneurs que commande son titre.  On s'adresse habituellement à la présidente ou au président comme suit: Consœur présidente ou confrère président.

Lorsque la personne qui assure la présidence se prononce sur un point d'ordre, elle précise le document ou la pratique sur lequel sa décision est fondée. Le congrès ne peut poursuivre ses travaux tant que le président ou la présidente n'a pas rendu sa décision.  Tout délégué ou toute déléguée qui n'est pas d'accord avec la décision du président ou de la présidente peut se lever et contester cette décision.  Lorsque la contestation de la décision de la présidence est acceptable, la déléguée ou le délégué et le président ou la présidente expliquent leur justification et les délégués du congrès doivent voter sur la question suivante: “La décision de la présidence est-elle maintenue?"

Enfin, sauf dans les circonstances précitées, la seule fois où le président ou la présidente du congrès abandonne son fauteuil pour participer aux travaux du congrès est au moment de l'élection des dirigeants et dirigeantes du syndicat.

Bulletin d'information